V i n e t y info planète


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et si l’effet de serre était-elle une mystification ou un dogme?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vinety
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 369
Age : 81
Localisation : Région
Emploi/loisirs : retraité, conception 3d, écriture, forum, lecture
Humeur : Généraliste, anti-conformiste, libre penseur et sceptique.
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Et si l’effet de serre était-elle une mystification ou un dogme?   Mer 18 Fév - 21:21

Salut les membres

Qu’arriverait-il, si du jour au lendemain, la mystification des GES était reconnue comme un dogme qui n’a aucune base scientifique et que soudainement, tout le monde occidental se retrouvait comme au temps de Galileo (1564-1642), face à un dogme religieux? Galileo avec sa défense opiniâtre de la conception copernicienne de l'univers (l’héliocentrisme), contraire aux partisans du (géocentrisme) d’Aristote ainsi que celles de l'Église catholique romaine, s'est retrouvé en bris de liberté, pour avoir osé contrer la pensée dominante du moment. Pourtant, le sort de l'humanité n'a pas changé pour autant, même si le paradigme du système solaire était complètement chamboulé.

Aujourd’hui, plus personne ne doute de l’héliocentrisme, mais alors, le pauvre Galileo a été mis aux arrêts par le soin de ses ennemis acharnés dont les attaques contre lui ont commencé dès la parution du Sidereus Nuncius que l'on peut traduire en français par le Messager des étoiles, publié par Galiléo en mars 1610. Ils (les géocentristes) ne pouvaient pas se permettre de perdre la face et ne voulaient pas voir leur science inaboutie remise en question. Science basée sur leurs croyances et leurs interprétations libres de la bible, mais n’ayant aucune observation (de facto) pour étayer leur théorie (géocentriste)!

Depuis, l’Église Catholique ne cesse plus de faire des mea culpa pour l’erreur qu’elle a commise à cette époque de grande noirceur scientifique. Même, aujourd’hui, Benoit XVI, met en garde ses fidèles contre le dogmatisme climatique actuel.

voir ici : 1 et 2


En fait, les plus grands perdants seraient-ils les Jean Charest qui voudraient bien que l’administration d’Obama reconnaisse l'hydroélectricité comme renouvelable et qu’elle fasse bénéficier le Québec des retombés économique, qui suivrait cette reconnaissance .

Ensuite les maisons de courtages qui comptent sur les peurs propagées par Kyoto et surtout sur celle des GES, qui avant, "réchauffaient la planète" mais suite à son bref refroidissement depuis 2003 laisse Kyoto et ses promoteurs sur leur faim, à cause de la contradiction actuelle de la température globale qui se dirige vers une possible ère glaciaire et ne se réchauffe plus! Ah bon!

C'est t'y effrayant que le climat n'ose suivre les chers "modèles" des programmeurs de GIEC, qui prétendent prévoir l'avenir climatique! Que ce climat est indiscipliné. Oser ainsi contredire les pronostiques des modèles des grands scientifiques (programmeurs), qui ne comprennent rien à la complexité du climat, mais prétendent par la magie de la programmation et la vitesse époustouflante des ordinateurs, pourraient plier le climat à leurs programmations fantaisistes, à moins que celles-ci ne vaillent pas un clou!

Que dire de ceci : Les finances de la Californie sont en si mauvais état que le gouverneur, Arnold Schwarzenegger, entend supprimer 20 000 emplois afin d'éviter une catastrophe budgétaire.

Ce monsieur Arnold Schwarzenegger, qui promettait mer et monde avec ses énergies vertes, et prétendait refaire l’économie de la Californie à en faisant la promotion et en encourageant les énergies renouvelables, même si celles-ci coutaient de deux à trois fois plus chères! Il prétendait que ces actions deviendraient un exemple pour toute la planète? Où s’est-il trompé? Était-ce une utopie savamment entretenue par les "intellos" de l’écofascisme et qu’il y croyait?

Parmi les 20 000 bureaucrates qu'il veut saquer, la moitié surement, bossaient sur les programmes de réductions des GES ou sur des projets inaboutis pour remplacer les énergies fossiles? Serait-il possible qu'une société puisse avec des utopies couteuses, la mener à sa ruine économique. La Californie serait-elle un exemple à ne pas suivre? Serait-elle la faillite d'un environnementalisme qui n'est pas réaliste et seulement basé sur une idéologie humanitaire loin de la réalité économique et factuelle?

Ici, comme ailleurs, on semble ignorer que tout à un prix, et seulement si la population est prête à assumer les couts d'infrastructures couteuses à la hauteur de ses moyens, qu'une société peut penser arriver à ses fins. Que 80 % des projets semblables, lors des dernières élections, aient été refusés par la population, n'est-il pas une indication claire que les citoyens en ont marre de payer pour des projets qui ne rapportent rien et qu'en retour, ils doivent en payer le prix! Les seuls à bénéficier de ces chimères sont les promoteurs.

Mais, ces "futés" d'environnementalistes dogmatiques ne sont pas bêtes du tout et ils ont compris rapidement que le sigle "RGA" n’était plus crédible et qu’il fallait rapidement trouver une parade pour continuer à justifier leurs prétentions. C’est pour ça que maintenant, le sigle RGA n’est plus utilisé, mais le CAC, pour Climatic Anthropic Changes, ou en français les Changements climatiques anthropiques (CCA) maintenant utilisés par tous les activistes environnementalistes. C’est "cute" et bien d’à propos…Non? Et on pourrait aussi, par dérision l'appeler "CACA". Faut en rire, pour mieux dormir.

Si personne ne croyait plus à leurs prétentions, cela assènerait à coup sûr, un coup mortel dans leur foutue thèse batarde et leur discours ne voudrait plus rien dire, et mènerait à la ruine de tous ses promoteurs. Peut-être qu’il est temps que la population arrête de croire au "Père Noël"…Non ? Les enfants, eux, n’y croient plus depuis longtemps.


Que penser du
Dr Theon, directeur scientifique retraité de la NASA qui réfute les prétentions de la base scientifique de Hansen, qui en 1988, à initié le mouvement et Kyoto.


Qu’en est-il de la population en général? Elle serait libérée de cette peur apocalyptique que font planer ces promoteurs. Il est temps que les gens secouent leurs peurs et réagissent à ce discours lénifiant et le laisse clairement savoir à leurs édiles. Les promoteurs de peurs devraient repenser leur discours environnementaliste et faire face à la réalité objective, que la pollution soit toujours "régionale" et puisse être assez facilement contrée par les édiles élus démocratiquement par les citoyens et s’ils veulent absolument améliorer leur environnement, ils doivent aussi s’attendre à en payer le prix.

P.S : Mais les pays trop pauvres ne peuvent seuls, envisager de résoudre leur problème de pollution ou de pauvreté. Ils doivent alors compter sur la générosité des pays membres de L’ONU et des organisations caritatives, les ONG.

Amicalement

Vinety

_________________
La modération a bien meilleur gout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vinety.com
Vinety
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 369
Age : 81
Localisation : Région
Emploi/loisirs : retraité, conception 3d, écriture, forum, lecture
Humeur : Généraliste, anti-conformiste, libre penseur et sceptique.
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Et si l’effet de serre était-elle une mystification ou un dogme?   Jeu 19 Fév - 21:49


Salut Iridium



Merci pour le graphique et pour les dernières informations sur les glaces de l’Arctique.
Si je compare la différence entre la moyenne de surface de glaciation de l’Arctique 2008-2009 et les moyennes de la période de 1979-2000, je m’aperçois avec un petit calcul (0.3 millions de klm² / par 10.12 mklm²) de novembre de chaque année = 2.9 % de différence et augmente au cours de la saison et au pic, être à 3.8% de moins de couverture de glace.

De plus, à vue d’œil, la couverture de glace semble augmenter depuis 2006-2007, mais au pic de la saison, la couverture de glace se colle à celle de 2006-2007.

Il est plutôt malheureux, que ces mêmes graphiques n’existaient pas en 1920 et en 1938, où les explorateurs pouvait se rendre au 86 ième parrallèlle, tout près du centre 0 de l’Arctique. Je me demande, comment était la couverture de glace pouvait être à ce moment là, comparés à celle de 1979-2000 ?

La période de 1979-1988, était la période où la petite ère glaciaire perdait du terrain et une ère de réchauffement prenait la relève.

Cette année là, James Hansen tenait son petit laïus alarmiste devant le congrès Américain, ce qui a finalement conduit au GIEC, à Kyoto, aux GES et au GW, qui a été suivie de l’arnaque d’Al Gore qui à la suite de sa défaite de 2000 comme vice président, s’est recyclé dans l’environnementaliste avec son "An Inconvenient Truth (Une vérité qui dérange)", aidé par son ami James Hansen, son conseiller scientifique, hum, qui depuis empoisonne la vie sociale de l’occident et embarrasse les scientifiques honnêtes et intègres.


voir ici




Je ne vois pas pourquoi il y a tant d’alarmiste concernant la surface de glace de l’Arctique quand on constate sur ce graphique le peu de variations que représente en été la surface de glace, qui à mon point de vue, semble presque plat. Toutefois, en hiver, depuis 1999 la surface se maintient en moyenne au dessus des années 1980-1998 !
Les variations sont-elles suffisantes pour entretenir cet alarmiste? J’en doute et vous?


Amicalement

_________________
La modération a bien meilleur gout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vinety.com
Vinety
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 369
Age : 81
Localisation : Région
Emploi/loisirs : retraité, conception 3d, écriture, forum, lecture
Humeur : Généraliste, anti-conformiste, libre penseur et sceptique.
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Et si l’effet de serre était-elle une mystification ou un dogme?   Ven 20 Fév - 20:52


Salut Furax

Pour répondre à ton poste, sur l’acidification des océans par le surplus de CO² anthropique, j'ai consulté mon ami Jean Martin de "pensée unique" et voici sa réponse à ta question.

Citation :
Ok; Salut Vinety
l'avis de Plimer ( extraits dans "paroles" ) : http://jennifermarohasy.com/blog/2008/10/not-enough-co2-to-make-oceans-acidic-a-note-from-professor-plimer/
ARTICLE DU
A+
JM

J'ai lu cet article en anglais du professeur Plimer. Il est très bien documenté. Si j'ai le temps, je le traduirai en français.


Aussi sur "pensée unique". Paroles de chercheurs….

Amicalement

Vinety

_________________
La modération a bien meilleur gout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vinety.com
Vinety
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 369
Age : 81
Localisation : Région
Emploi/loisirs : retraité, conception 3d, écriture, forum, lecture
Humeur : Généraliste, anti-conformiste, libre penseur et sceptique.
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Et si l’effet de serre était-elle une mystification ou un dogme?   Sam 21 Fév - 21:17


Salut Adrien

Adrien a écrit:

Mon cher vinety, ce que nous entendons parler chaque jour aux nouvelles du danger du changement climatique. Il y a des conférences internationales, des documentaires télévisés et des livres à profusions.
.

En entrée de matière, je note que tu emplois l’euphémisme "changement climatique" pour "réchauffement climatique"! où il n’y a pas si longtemps, ce terme était abondamment employé par tous ceux qui étaient soucieux du réchauffement climatique, idée largement répandue à travers la population occidentale, grâce à la propagande tout azimuth des "réchauffistes", dont le GIEC et Kyoto étaient les promoteurs. Serais-ce mieux vu par les environnementalistes et surtout par les sceptiques du climat?

Citation :
Les ordinateurs permettent à un mauvais modèle d'être précisément faux
William Gray, spécialiste des ouragans


Serais-ce que les données récentes, depuis 2003, nous informe que nous nous dirigerions plutôt vers une ère glaciaire, causée par les cycles solaires 24 et 25, ou par des cycles divers qui depuis toujours, sont causes de changement climatiques. Les changements climatiques ne sont-ils pas la norme, plutôt que l’exception? Pourquoi alors, aujourd’hui, les changements climatiques seraient-ils plus dangereux ou arriveraient plus souvent qu’autrefois? Il n’y a aucune preuve à cet effet, autres que les bêtises propagés par la télévision, grâce aux bons soins des Al Gore et compagnies qui font des millions avec cette mystification

Citation :
Le réchauffement climatique peut vouloir dire plus froid, plus sec, plus humide, c'est ce à quoi nous avons à faire face
Steven Guilbeault, directeur de Greenpeace Quebec, Dec 2005 lors de la clôture de la conférence de l'ONU sur le changement climatique à Montréal.


Adrien a écrit:

Les dirigeants se rencontrent régulièrement pour parler du problème et définir des programmes.

Oui tu as absolument raison, ils se rencontrent régulièrement pour partager leurs opinions sur les modèles du GIEC, qui ne sont que des modèles imaginant le climat futur, où les dirigeants peuvent utilisés les prévisions qui font leurs affaires et leur permettent de maintenir en activité le contexte de la peur viscérale d’une fin du monde apocalyptique. La peur est toujours plus utile aux décideurs que la gratitude, car les personnes oublient très vite le nom de la personne qui a résolu un problème important, mais se remettent entièrement entre les mains des gourous, qui leur promettent de résoudre le problème qu’ils ont eux-mêmes identifié, pour les besoins de leur cause.

Adrien a écrit:

Même si les changements climatiques constituent indubitablement un problème sérieux, ses aspects les plus dangereux ne nous menaceront probablement pas avant plusieurs décennies, et encore de façon ambiguë, amenant des bénéfices pour certains, des risques pour d'autres et peu d'effets pour quelques-uns uns.

Quels sont les aspects dangereux, autres que ceux qui sont imaginés et exagérés par les spécialistes et les promoteurs de ces conjonctures. Moi et toi pourrions tout aussi bien imaginer le pire, sans pour autant garantir que ça arrivera…Non?

Personne ne sait réellement ce que nous réserve le climat futur, mais si les dirigeants savent les conditions climatiques de leur région respective, ils peuvent facilement créer des infrastructures pour prévoir de tels débordements de la nature et protéger la population.

Chaque région du globe à des conditions climatiques différentes qui nécessitent des infrastructures adaptées à ces conditions. Où les inondations sont cycliques, il est facile de prévoir des digues pour retenir les eaux. Où il y a des sècheresses récurrentes, les décideurs doivent prévoir des réservoirs pour accumuler de l’eau, quand elles s’abattront sur leur région. Où il y a des cyclones ou des tempêtes tropicales, les décideurs doivent prévoir des digues et des lieux protégés, pour que la population s’y réfugie. Ainsi de suite.

Adrien a écrit:

Il existe un danger dont les conséquences seront bien plus destructives et qui nous touchera bien plus tôt. Un danger qui prétendra chacun, riche ou pauvre, où qu'il vive dans le monde.

Il demandera des avancées financières et scientifiques colossales pour en venir à bout. Avancées dont les dirigeants du monde montrent peu de signes qu'elles sont mises en route.
C'est un danger qui, radicalement, pourrait mener à la fin de notre civilisation industrielle.
Ce danger est celui de la déplétion du pétrole.

Là, tu poses le doigt sur le vrai problème la déplétion du pétrole qui est prévu depuis que le pétrole est utilisé par notre civilisation, mais où la peur du réchauffement climatique est utilisée pour s’allier la population.

Citation :

Il n'y a aucun lien prouvé entre réchauffement global et activités humaines
Yury Izrael, vice président du GIEC (Novosti mai 2005)



Le problème est toujours le même, qu’elles sont réellement les réserves? Savons-nous, qu’en 1903, le problème était déjà soulevé. Plusieurs experts prédisaient la fin des réserves, si la population continuait d’utiliser le kérosène pour alimenter les lampes à l’huile, et selon leurs prédictions, si ça continuait, les ressources pétrolières seraient épuisées dans les quelques années à venir. On a prédit cela, il y a plus de 100 ans.

Savons-nous que la même situation s’est produite dans les années 1970. Je connais très bien ce dossier, car à ce moment-là, j’étais le directeur du département des méthodes industrielles d’une compagnie internationale bien connue et quand j’ai proposé de changer notre méthode d’empaquetage qui coutait très cher à opérer, et que je proposais une méthode qui réduirait les couts en mains-d'œuvre et en espace de plus de 50%, en utilisant de l’uréthane expansible pour protéger les produits que nous emballions. Hé bien! la direction a longuement hésité à approuver ce projet, à cause du prix du pétrole qui montait rapidement, à cause d’une baisse de production pétrolière qui avait été provoquée par l’OPEP, qui voulait obtenir plus d’argent pour son pétrole. J’ai convaincu la direction qu’il n’y avait pas de déplétion, et que le pétrole était toujours aussi abondant, et mon projet a été approuvé par le président.

Le problème réel, est que personne ne sait réellement quelles sont nos réserves. Depuis 1970, les experts prédisent toujours 30 ans, étrange …Non? Toutes les peurs générées par cette déplétion possible, part du principe suivant : que tout est fini et qu’un jour ou l’autre, cette ressource sera épuisé. Ce qui est au premier abord très censé, rationnel et scientifique, mais n’est qu’une lapalissade. Pourquoi? La réponse est que personne ne sait réellement combien notre planète contient de pétrole, ou de charbon ou de gaz naturel et à quelle vitesse ces ressources sont régénérées.

Tous les jours, les pétrolières trouvent de nouveaux gisements. Et aussi, selon les experts russes, les puits de pétrole sont constamment réapprovisionnés, par la tectonique des plaques qui poussent les gaz et le pétrole fossile vers la roche mère, qui est l’éponge qui absorbe le pétrole. Je dois vérifier si cette information est exacte pour en parler avec plus de certitude.

Mais ce qui est absolument certain, on n’est pas près de manquer d’énergies. Car le soleil, la photosynthèse, la tectonique des plaques et la nature en général, recycle constamment les éléments énergétique.

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout est recyclé. Lavoisier

Amicalement

Yves

_________________
La modération a bien meilleur gout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vinety.com
Vinety
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 369
Age : 81
Localisation : Région
Emploi/loisirs : retraité, conception 3d, écriture, forum, lecture
Humeur : Généraliste, anti-conformiste, libre penseur et sceptique.
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Et si l’effet de serre était-elle une mystification ou un dogme?   Lun 23 Fév - 16:47

georges a écrit:
Bonsoir

VINETY À ÉCRIT:
Citation :
Serais-ce mieux vu par les environnementalistes et surtout par les sceptiques du climat?

J'aimerais souligné que dans l'esprit des sceptiques, le réchauffement climatique est une idée de gauche (bien qu'il reste à déterminer comment un phénomène physique peut manifester une affiliation politique).

En sa qualité de "gauchiste", la personne qui considère que le CO2 émis lors des activités humaines est responsable d'une augmentation moyenne de la température terrestre est donc assimilée aux altermondialistes, aux environnementalistes et aux communistes (plus précisément aux Stalinistes).

L'idée sous-jacente à ce classement étroit est que le "réchauffiste" est un fervent adversaire de l'économie de marché et du capitalisme (donc un non-patriote) et qu'il souhaite ardemment imposer un régime coercitif sur la population américaine au nom du sacro-saint Environnement.


VINETY À ÉCRIT:
Citation :
les changements climatiques seraient-ils plus dangereux ou arriveraient plus souvent qu’autrefois? Il n’y a aucune preuve à cet effet, autres que les bêtises propagés par la télévision, grâce aux bons soins des Al Gore et compagnies qui font des millions avec cette mystification

En matière d’évolution climatique, la science n’a cessé, jusqu’à présent, de revoir une copie sans cesse plus complexe.

Au départ on voyait plutôt un refroidissement continu depuis l’aube des temps ; progressivement, « la » glaciation, puis « les » glaciations, de plus en plus nombreuses, marquées d’interglaciaires eux-mêmes ponctués d’épisodes plus froids, ont contribué à faire admettre que l’histoire du climat terrestre est extrêmement fluctuante, du Jurassique torride à une terre peut-être entièrement englacée.

En quelque lieu que ce soit, la température est en dents de scie, entre le jour et la nuit, l’hiver et l’été, puis selon divers cycles décennaux, centennaux, millénaires, etc.

Pourtant, hormis les variations journalières et saisonnières, jusqu’au milieu du xxe siècle on n’imaginait guère que des modifications lentes et modérées (quelques degrés de moins suffisent à établir une glaciation, le Petit Âge glaciaire représente une péjoration d’à peine un degré), à peu près insensibles, en elles-mêmes, à l’échelle d’une vie humaine.

A partir des années cinquante, on a dû admettre l’existence de changements importants, de l’ordre de quelques centaines d’années, comme le Petit Âge glaciaire, puis d’un siècle, puis... d’une décennie ou moins.

Aujourd’hui, il ne fait guère de doute que des « bascules climatiques » se sont produites à maintes reprises, avec des changements de plusieurs degrés en quelques années.

Si la tendance actuelle se poursuit, ou si elle s’aggrave, nombreux sont les glaciers qui mourront tranquillement, parmi les plus petits et les plus mal en point, dans les Pyrénées comme en Indonésie ou en Afrique, ne laissant comme vestige qu’un cirque bordé de moraines.

Les glaciers les plus menacés sont naturellement ceux dont le bilan est le plus négatif, entièrement situés sous la ligne de névé, et le volume le plus réduit.

En haute montagne, les premières victimes du réchauffement vont être les glaciers suspendus : ce sont des glaciers froids, collés au rocher par le gel.

Dès que l'eau de fonte atteindra leur base, ils vont glisser et provoquer des chutes de glace. Un tel éboulement s’est déjà produit, en 1989, lorsque le glacier supérieur Coolidge du mont Viso s’est presque entièrement écroulé, libérant quelque 200 000 m3 de glace.

Ce sera probablement la modification la plus spectaculaire du paysage glaciaire des hautes montagnes alpines, mais ce phénomène pourra aussi affecter les vallées : une chute glaciaire peut se transformer plus bas en lave torrentielle cataclysmique, telle celle qui a détruit la ville de Yungay, au Pérou, en 1970.

De même, les couloirs de neige ou de glace, appréciés des alpinistes, vont continuer à s'amenuiser et à disparaître en nombre, laissant place à des pentes de caillasse impraticables, à la fois par manque d’intérêt et du fait du danger de pentes où la gélifraction intense multipliera éboulements et chutes de pierres.

D’une manière générale, la montagne, haute et basse, sera plus dangereuse... et sans doute moins attrayante.

Quant aux parois rocheuses d’altitude, elles aussi sont soudées par le gel : là encore, les éboulements risquent de se multiplier, comme le montrent ceux, à répétition, de la paroi ouest du Petit Dru.

Mais la haute montagne ne sera pas seule affectée. Les glaciers « tiennent » les versants par la pression et, s’ils se retirent rapidement, cela provoquera d’autres écroulements. Plus bas encore, des débâcles sont à prévoir :

des lacs proglaciaires se formeront en amont des moraines des glaciers en retrait, comme cela se produit déjà au Népal ou au Bhoutan, pays où une récente mission d’étude des Nations unies a recensé, à l’amont de vallées densément habitées, une quarantaine de sites inquiétants.

Bien que des travaux en altitude au fond de vallées reculées de l'Himalaya soient difficiles, des moyens de protection sont maintenant bien au point.

Dans les années 1970 à 1990, les Nations Unies avaient déjà mené, avec succès, un vaste programme de sécurisation des nombreux lacs glaciaires dangereux du Pérou. Pour peu qu'il y ait une volonté politique internationale, ces problèmes pourraient donc trouver une solution.

Les techniques modernes d'observation, comme la photogrammétrie aérienne ou l'imagerie satellitaire, devraient aussi faciliter la prévision des catastrophes naturelles glaciaires et leur prévention.

georgy

_________________
La modération a bien meilleur gout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vinety.com
Pierre



Masculin
Nombre de messages : 28
Age : 61
Localisation : Repentigny
Date d'inscription : 15/04/2009

MessageSujet: Re: Et si l’effet de serre était-elle une mystification ou un dogme?   Mer 20 Mai - 18:34

Bonjour Vinety , Depuis que je lis ton forum et celui de la pensée unique,c 'est drôle mais j'en vient à considérer cette histoire du RGA comme la phrénologie du XXi ème siècle. Je commence à être persuadé que dans 30 ou 40 ans c'est ainsi que l'on considérera toute cette histoire.

Ce qui me fait peur maintenant ce sont les "taxes sur le carbonne" que l'on veut mettre partout pour à peu près n'importe quoi. C'est bizarre mais je pense que quelques rusés renards (Al Gore et compagnie) vont faire un coup de fric dans cette histoire. Et nous le commun des mortels allons être taxées sur ces chimères au bout de la ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vinety
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 369
Age : 81
Localisation : Région
Emploi/loisirs : retraité, conception 3d, écriture, forum, lecture
Humeur : Généraliste, anti-conformiste, libre penseur et sceptique.
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Et si l’effet de serre était-elle une mystification ou un dogme?   Mer 20 Mai - 22:05

Pierre a écrit:
Bonjour Vinety , Depuis que je lis ton forum et celui de la pensée unique,c 'est drôle mais j'en vient à considérer cette histoire du RGA comme la phrénologie du XXi ème siècle. Je commence à être persuadé que dans 30 ou 40 ans c'est ainsi que l'on considérera toute cette histoire.

Ce qui me fait peur maintenant ce sont les "taxes sur le carbonne" que l'on veut mettre partout pour à peu près n'importe quoi. C'est bizarre mais je pense que quelques rusés renards (Al Gore et compagnie) vont faire un coup de fric dans cette histoire. Et nous le commun des mortels allons être taxées sur ces chimères au bout de la ligne.

Salut Pierre.

Je suis assez content de lire tes commentaires. Depuis ton dernier poste du 3 mai 2009, je pensais que ma dernière réponse à ton dernier poste t’avait fait fuir, où l’évoquais un paradigme assez difficile à déchiffrer vu l’ampleur des informations contradictoires et surtout, venant des autorités en place, les médias, les politiciens et les environnementalistes qui font surtout partie d’une pseudo religion hystérique.

Tu as raison de comparer ce paradigme à l’étude des formes du crâne
Voir ici phrénologie qui a été durant la dernière moitié du 19e siècle le thème à la mode qui occupait la pensée de monde pseudo scientifique du temps.

Certes, la phrénologie est une erreur dans son ensemble, mais la contribution de Gall à la physiologie nerveuse a été de premier ordre.

wiki a écrit:
Cela illustre d'ailleurs la réalité de la science, qui tâtonne par hypothèses, lesquelles peuvent à tout moment être affirmées ou infirmées, selon le principe cher à Popper.

Aujourd'hui, les techniques d'imagerie par résonance magnétique nucléaire (IRM fonctionnelle) ont confirmé son intuition géniale : le cerveau est constitué de zones fonctionnelles (centres de la parole, de la vue, etc.).
Il faut également retenir de la phrénologie qu'elle ouvrit la voie à la psychiatrie moderne, en ancrant l'esprit dans le corps.

Cependant, dès le début du XXe siècle, Freud à partir de ces énoncées de peu de valeur, a commencé à donner un air scientifique à la psychiatrie, en se basant sur des expériences de laboratoire et en émettant des hypothèses qui pour la plupart se sont avérées fausses, mais dont quelques une ont percé le mur de l’indifférence scientifique sur ce thème.

Mais aujourd’hui, surtout à cause des propositions erronées et durement contestées, la science climatique avance à grands pas, mais non dans la direction prise par les politiciens opportunistes et le GIEC (politique), mais dans une meilleure compréhension des systèmes climatiques et de la capacité de l’homme de peu les affecter au point d’en changer le cours naturel.

Si les hommes pouvaient contrôler les éruptions volcaniques, changer le cours des plaques tectoniques, changer le cours des masses d’air ou stopper net un ouragan et le neutraliser, hé bien, à ce moment-là, les hommes pourraient prétendre pouvoir contrôler le climat.

Évidemment, ce ne sera jamais le cas, et les hommes n’ont pas d’autres choix que de s’adapter aux fureurs des éléments du moment.

Concernant le "cap & trade", la bourse du carbone, ce sont les mêmes entités (financières) qui ont abimé l’économie occidentale, mais qui sont les plus intéressées à ce que cette arnaque passe. Et comme tu le mentionnes, ce sont les Al Gore et compagnie qui ont le plus d’intérêts à ce que le gouvernement actuel des États-Unis, passe une telle loi, même si cette loi ne sert qu’à affaiblir l’occident devant les pays comme la Chine, l’Inde et 150 autres pays qui ne veulent pas de ce carcan économique.

Si on ne peut changer le climat, pourquoi devrions-nous dépenser des trillions de $$$ pour rien, quand l’adaptation aux changements climatiques qui existera toujours ne couterait que les dépenses à défrayer lors des évènements climatiques imprévisibles.

On a qu’a constitué à un fonds spécial mondial qui ne couterait presque rien, comparés aux 750 milliards de $$ que l’ONU dépense actuellement en palabres et en "pot de vin" pour inciter les politiciens occidentaux à avaliser dans leurs lois de telles mesures. Ce qui sera surement l’arnaque du siècle et possiblement de tous les temps.

Amicalement¸

Vinety

_________________
La modération a bien meilleur gout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vinety.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et si l’effet de serre était-elle une mystification ou un dogme?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et si l’effet de serre était-elle une mystification ou un dogme?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Buffy était-elle amoureuse de Spike ? [Sondage Livejournal]
» Touche pas à ma planète+EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE
» The Life and Death of Anne Boleyn
» Une parente de Bella était-elle dans le secret des Quileutes ?
» Flanny (Candy)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
V i n e t y info planète :: Climat, écologie, environnement et pollution.-
Sauter vers: