V i n e t y info planète


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le refroidissement global donne des sueurs froides au GIEC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vinety
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 369
Age : 81
Localisation : Région
Emploi/loisirs : retraité, conception 3d, écriture, forum, lecture
Humeur : Généraliste, anti-conformiste, libre penseur et sceptique.
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Le refroidissement global donne des sueurs froides au GIEC   Sam 11 Juil - 3:32

Salut les membres et les visiteurs

The chills of Global Cooling, Jul 09, 2009 By Deroy Murdock, Scripps Howard News

Depuis que les partisans de la "bourse du carbone" attachent leurs culottes de golf, avec des nœuds appelés "RCA", mère Nature refuse de coopérer. La température du globe continue de se refroidir depuis 11 ans. Comme le refroidissement s’accélère, les réchauffistes, ruent, crient et poussent leur théorie chérie jusqu’au bout, comme des petits enfants qui se couvriraient les oreilles et cogneraient du pied, quand ont leur diraient que le Père Noël s’existe pas et qu’il est inutile de l’attendre à la veille de Noël, car il ne viendra pas.

Revoyons comment le mois passé, la planète s’est refroidie :

En juin à Manhattan, la moyenne a été de 67.5 degrés Farenheit, 3.7 degrés plus bas que la normale, la moyenne la plus basse depuis 1958. Le Service météorologique national mentionna le premier juillet 2009 que la dernière fois que la température de Central Park a atteint 85 degrés F était aussi loin qu’en mai 1903, mais pas en juin.

A Phoenix, la température la plus haute était en bas de 100 degrés F pour une durée de 15 jours d’affilés, c’était la première fois depuis 1913. Dans le désert de la Yucca Valley, en juin de cette année, la moyenne de la température était de 83,5 degrés F, 8,5 degrés en bas de la normale. En juin 2009, dans le centre-ville de Los Angeles la température était à 74.5 degrés F, 5 degrés en bas de la normale.

Boston a vu sa température descendre 4.7 degrés F en bas de la normale. Ceci est la deuxième plus froide température en juin depuis 1872, tel que rapporté sur Icecap.com par le vétéran en météorologie et ancien étudiant de " Weather Channel", Joseph D’Aleo. "C’était tellement froid et nuageux, que les arbres du nord de l’Angleterre ont commencé à revêtir leurs couleurs automnales, phénomène qui commence habituellement qu’en septembre."En regardant outre-mer, Joseph D’Aleo nota : "que le sud du Brésil avait eu le mois de juin le plus froid depuis des décennies, et la Nouvelle-Zélande a eu du froid et de la neige de façon inhabituelle encore cette année.

Le centre climatique national de la Nouvelle-Zélande a le 2 juin, publié à la une un extrait de presse intitulé : "POUR MAI, LES PLUS BASSES TEMPÉRATURES JAMAIS ENREGISTRÉES POUR PLUSIEURS RÉGIONS, PLUS FROIDES QUE LA NORMALE POUR TOUTES LES RÉGIONS."

Des officiels de l’Afrique du Sud ont rapporté que le froid a tué 2 vagabonds au Cape Oriental. Le 26 juin, les deux dormaient à l’extérieur et ont gelé à mort.

Calmez-vous, répliquent les réchauffistes, ce ne sont que quelques anecdotes triées sur le volet pour nous faire passer pour des imbéciles.

Bien, il serait peut-être fou de défier les satellites qui ont été mis en orbite pour mesurer la température de la terre, froide, chaude, et moyenne. Ici encore s’accumulent des évidences sur le refroidissement du globe, comme des bancs de neige façonnés par les vents d’hiver.

Il n’y a pas eu de réchauffement global significatif depuis 1995, pas de réchauffement depuis 1998, et qu’un refroidissement global pour les quelques années passées,"selon l’ancien président du Comité sénatorial de l’environnement, Marc Morano qui a écrit au "Climate Depot.com, citant des mesures collationnées par l’Université de l’Alabama,’Huntsville par le Dr Roy Spencer, Morano ajouta : "Les dernières mesures de température moyenne et globale des données des satellites pour le mois de juin 2009 révèlent encore, une autre baisse de la température terrestre…Malgré ses avertissements sinistres, la terre a refroidi de 0.74 degré F depuis que l’ex-vice-président Al Gore a publié en 2006, sa fumeuse parodie"Une vérité qui dérange".



La température de la planète baisse, même si la terre continue de tourner à l’intérieur d’un épais nuage de CO², et que les réchauffistes considèrent comme toxique.

Le Laboratoire national de recherche océanique et atmosphérique de l’administration des systèmes terrestres de Mauna Loa, Hawaii a constamment et de façon fiable mesurée le CO² pendant les derniers 50 ans. Les concentrations de CO² ont augmenté régulièrement depuis un demi-siècle.

Pour décembre 1958, le laboratoire a rapporté une concentration de CO² atmosphérique de 314.67 PPM. On se déplace rapidement vers 1998, quand le refroidissement commençait à réapparaitre, le CO² avait augmenté à 366.87 PPM. En décembre 2008, le CO² était à 385.54 PPM, une hausse significative de 5,088 %, en une décennie.

Cela renverse les arguments de la phobie du CO² des réchauffistes. Pour que la température du globe tombe, quand la teneur en CO² augmente, contredit complètement le réchauffement global, tout comme apprendre que les pompiers peuvent éteindre un incendie en l’aspergeant d’essences.

Aussi, pour battre le dit-nommé "RCA, "nul besoin des $864 milliards de la loi sur la "bourse du carbone" de "waxman-Markey, le protocole de Kyoto, ni une règlementation très élaborée, ou des directives de l’ONU. À la place, laissons le refroidissement naturel faire le travail.

C’est une chose d’avoir un débat national sur un problème sérieux, avec des adultes qui diffèrent d’opinions sur des solutions qui fonctionnent le mieux. Par exemple, des personnes raisonnables peuvent se disputer sur l’idée que l’augmentation de l’implication fédérale puisse corriger ou embraser les imperfections sérieuses de notre système de santé

Comme le soi-disant RCA est une fiction évidente, ceux qui voudraient ébranler notre économie avec des taxes et des règlementions pour combattre une mythologie, ressemble étrangement à une réunion de fous, qui se tiendrait au coin d’une rue, avec des personnes sorties tout droit d’une institution tombée en ruine et qui sauvagement se taperaient dessus pour se débarrasser de leurs monstres imaginaires.

Deroy Murdock est un chroniqueur travaillant pour "Scripp Howard News Service" et un partenaire de l’"Hoover Institution on War, Révolution and Peace "de l’Université de Stanford.

Traduit de l’anglais par Yves Vinet, le 10 juillet, 2009.

Amicalement

Vinety

_________________
La modération a bien meilleur gout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vinety.com
 
Le refroidissement global donne des sueurs froides au GIEC
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
V i n e t y info planète :: Science et théories-
Sauter vers: