V i n e t y info planète


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les réchauffistes, un mélange désespéré d’air chaud et d’olibrius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vinety
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 369
Age : 81
Localisation : Région
Emploi/loisirs : retraité, conception 3d, écriture, forum, lecture
Humeur : Généraliste, anti-conformiste, libre penseur et sceptique.
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Les réchauffistes, un mélange désespéré d’air chaud et d’olibrius   Mer 29 Avr - 4:29

Les réchauffistes, un mélange désespéré d’air chaud et d’olibrius : http://www.notteghem.fr/rozan/p52.php

Salut les membres et les visiteurs

Hopeless blend of hot air and hubris

et reproduit aussi ici

Hopeless blend of hot air and hubris, By Greg Melleuish April 28, 2009. Article from: The Australian

Traduit par Vinety le 28 avril 2009.

Par Greg Melleuish
Les anciens Grecs ont inventé le terme olibrius, pour les humains ayant un orgueil démesuré et une estime personnelle qui ont besoin d’être punis pour leurs excès. Toutefois, il y en a d’autres qui pensent que le terme communément appelé (changement climatique) est une punition pour les "orgueilleux", pour les humains qui sont allés trop loin, au-delà de la position qu’ils devraient occuper dans le déroulement des choses.

Cependant, une aussi bonne cause peut être réalisée en demandant aux humains de faire des changements importants dans leur style de vie en réaction aux changements climatiques, qui sont en eux-mêmes une sorte d’orgueil démesuré. Pour commencer, cette idée est basée sur le comportement qu’ont les humains avec leur développement industriel, qui a causée tellement de grosses répercussions sur la planète, que ça menace de bouleverser l’environnement sur une échelle colossale. Pas seulement que les humains ont causé tout un choc à la planète, mais qu’ils sont encore capables, à travers un acte de volonté, de renverser cette dégradation et de corriger ces problèmes.

Selon ce scénario, les humains sont les plus importants joueurs dans l’histoire de la planète, ils sont les seigneurs et les maitres qui peuvent détruire des choses aussi bien que les réparer. Cette conviction qu’on les humains de pouvoir contrôler l’environnement est assez vieux. Dans certaines anciennes civilisations, le souverain était censé avoir le pouvoir de créer un climat favorable. S’il y avait une sècheresse qui persistait, on s’attendait que le souverain fasse les sacrifices ultimes pour se concilier les faveurs des Dieux. Durant le creux de la petite ère glaciaire du moyen âge, en Europe, certaines communautés, pour s’assurer que le climat revienne à la normale, ont demandé à Dieu l’absolution de leurs péchés.

Toutefois, aujourd’hui, on pense retrouver l’état de grâce en prenant le chemin de la vertu. Les gouvernements peuvent réparer le mal que nous avons infligé à la planète.

Imaginer comment pire cela pourrait être pour nous, si le processus du réchauffement climatique ne serait pas la faute des hommes et dont on ne pourrait corriger, étant hors de la porté de nos efforts. Le mieux que nous pourrions faire serait de nous adapter aux changements à mesure qu’ils se présentent. Ça serait tout un choc pour notre égo.


Les humains ne veulent pas se sentir sans défense devant de tels changements. Ils veulent se sentir en contrôle. Croire qu’ils sont responsables des changements climatiques leur donne l’illusion qu’ils contrôlent la situation, et qu’ils pourront faire quelque chose qui fera la différence. S’ils ont déjà perturbé la planète de façon si profonde, surement, qu’ils pourront encore le faire dans le futur.

Si les humains n’avaient pas eu les changements climatiques, ils se seraient trouvées qu’à être de simples spectateurs dans un cosmos, dont ils n’auraient qu’un contrôle très limité sur les évènements. Ils sentiraient que leur importance a été très réduite. Disons-le simplement, ils ont besoin des changements climatiques.

Un lisant le livre de Ian Plimer (Heaven and Earth) quelles impressions sur tout un et chacun, à propos de son extraordinaire description de l’histoire de la terre et de son climat qui est la cause de plusieurs forces naturelles, et qui sont hors de la porté des humains. Cela s’étend des radiations cosmiques aux mouvements tectoniques des continents et la puissance des volcans. De tellement de façon que nous ne sommes que des spectateurs, de pèlerins qui ne passent que peu de temps sur la Terre.

Qu’il y a tellement de personnes qui ont besoin des changements climatiques, en regard des forces immenses de la nature, qui pourraient ébranler leur orgueil démesuré. Ils veulent l’illusion du contrôle, et les outils qu’ils utilisent pour avaliser cette illusion ne sont plus une religion, mais l’état.

Les mêmes impulsions qui amènent les individus à regarder du bord de l’état pour contrôler le climat, les amènent aussi à utiliser l’état pour contrôler les affaires économiques. Ceci n’est pas pour dire que l’état n’a pas de rôle à jouer pour pourvoir un cadre dans lequel les activités économiques ne peuvent prendre place, non, ceci est tout simplement pour mentionner qu’il y a un temps où il est mieux de ne pas intervenir et de laisser les choses se placer d’elles-mêmes.

Dans la politique il y a une loi très importante et les économistes la connaissent comme la Loi des conséquences involontaires.

La même loi s’applique à la nature. Ina Plimer décrit un univers tellement complexe qu’il est simplement impossible qu’un modèle d’ordinateur créé par un humain puisse en capturer toute la complexité.

Les actions de l’état basées sur des connaissances très limitées invariablement vont avoir des conséquences imprévues, qui pourraient s’avérer très nuisibles.

L’humilité peut être vue comme un antidote pour les olibrius. Les humains devraient être humbles en face des forces de la nature et reconnaitre que leur pouvoir pour modeler et changer le monde est très limité. Ils peuvent le faire seulement s’ils reconnaissent que l’adhésion aux changements climatiques est l’expression ultime d’un olibrius. Il y a un temps, pour que l’état ne fasse rien.

Greg Melleuish est un professeur auxiliaire à l’École d’histoire et de politique, de l’université de Wollongong, en NSW. http://fr.wikipedia.org/wiki/Université_de_Wollongong

Amicalement

Vinety

_________________
La modération a bien meilleur gout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vinety.com
 
Les réchauffistes, un mélange désespéré d’air chaud et d’olibrius
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mélange : TNT hertzienne + DVB-T du câble : ça marche !
» Bâle 2010 Lange & Heyne " Heinrich der Erlauchte"
» Recherche modèles désespérément...
» Repas Lange & Sohne , TOURBILLON “Pour le Mérite“ >>>
» mélange de génération

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
V i n e t y info planète :: Philosophie et politique-
Sauter vers: