V i n e t y info planète


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les prophètes de malheur d’une bulle d’air chaud. par Ian Plimer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vinety
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 369
Age : 81
Localisation : Région
Emploi/loisirs : retraité, conception 3d, écriture, forum, lecture
Humeur : Généraliste, anti-conformiste, libre penseur et sceptique.
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Les prophètes de malheur d’une bulle d’air chaud. par Ian Plimer   Mer 6 Mai - 21:12

Salut les membres et les visiteurs

Hot-air doomsayers, Ian Plimer | May 05, 2009 , Article from: The Australian

Par Ian Plimer 5 MAI 2009
Article sur : The Australian

J’ai prédit que les critiques sur mon livre se feront sur l’homme et non sur l’aspect scientifique du livre. Déjà, il y a trois semaines, même avant que le livre soit mit en vente, les critiques ont commencé à pleuvoir sur l’homme (ad hominem) et non sur le contenu scientifique de mon livre (IN Heaven and Earth - Global Warming: The Missing Science)

Des noms bien connus du catastrophisme climatique ont critiqué le livre, bien avant d’avoir reçu une copie révisée. Les critiques qui ont tout à gagner en nous faisant peur avec leur science stupide et politisée ne nous ont pas encore montré la vraie couleur de leur visage. Aucun scientifique n’a à ce jour discuté de science avec moi. J’ai seulement joui de quinze jours à me battre avec une plume.

Malgré que j’ai du réviser quatre copies, faire des photocopies de la plupart des chapitres pour ABC's Lateline et les envoyer à un expert de la gravité, un biologiste et à un qui produit des modèles d’ordinateurs, ces critiques n’ont pas lu entièrement ce livre. L’animateur de Lateline a mentionné qu’il avait lu le livre malgré que ses questions montraient le contraire. Quand un journaliste manque d’esprit critique et sans connaissances scientifiques, là on peut comprendre que les scénarios de fin du monde soient plus séduisants que la réalité toute nue.

David Karoly de (The Age) aperçu du 2 mai, proclame haut et fort, "que mon livre ne supporte pas les réponses avec des sources crédibles." Considérant que mon livre contient 2311 postscriptums comme source, il est sans contredit que Karoly n’a pas lu le livre. Peut être que Karoly à seulement lu les vingt et une premières pages, qui montre que sa publication sélective de données utilisées, montre un réchauffement, mais quand l’ensemble complet des données est utilisé, aucun réchauffement ne pouvait être aperçu..

Robert Manne (The Weekend Australian, Inquirer, April 25-26) se targue d’être un grand démocrate, mais se permet de démoniser ceux qui sont dissidents sur un point scientifique. Il n’est pas un scientifique. Les gains apportés par l’édification de la méthode scientifique, l’histoire et l’intégration de sciences interdisciplinaires sont pour la plupart du temps ignorées, lors d’une poussée idéologique pour remodeler l’économie.

Les producteurs principaux devraient être très inquiets qu’un projet de transactions sur les émissions de CO² soit étayé par une science inaboutie. Les unions et les centres industriels pourraient même supporter financièrement le parti ALP, parce que la force ouvrière qu’ils représentent sera des agneaux à massacrer avec un projet ETS.

Capital city ABC et les journaux ont traité le public avec dédain. Ils ont utilisé des scientifiques arrogants et pompeux qui parlent du haut de leur tour d’ivoire à un public respectueux. Mais ces scientifiques oublient que c’est ce public qui les emploie et les payent.
Mes opinions ne sont jamais requises, même, si on me pose régulièrement ce genre de questions : qui les subventionne? Qu’ont-ils à gagner à suivre la ligne du parti? Pourquoi ont-ils ignoré un gros paquet de sciences contraires? Quelles sont leurs associations politiques? Pourquoi un groupe non élu les supporte-t-il?

Le grand nombre récent de lettres me laisse penser qu’il y a un vent de changement. Le parieur moyen a été durant les deux dernières décennies, informé que tous nous fririons bientôt. Il n’est pas stupide et est gracié d’une commodité rare, qui souvent manque aux cercles académiques : le gros bon sens.

Les expériences de vie des paysans sont bien différentes de celles des citadins, qui ont peu de connaissances de première main de mère Nature. Mes correspondants se sentent sans défense et privé du droit électoral devant cette cacophonie moralisante et négative sur les changements climatiques. Ils savent que ça pue, mais ne savent pas d’où viennent ces odeurs de chairs putréfiées. La raison pour quoi ce livre a été une publication à succès est parce qu’une personne moyenne sait quand ils sont roulés dans la farine, et enfin, ils ont une source de références fiables.

L’hypothèse qui a été analysée dans mon livre était que l’augmentation du CO² atmosphérique créait un réchauffement global. Ç’a été démontré comme faux par une diversité de méthodes, sur toutes les échelles historiques

Dans le passé, les changements climatiques n’ont jamais été déclenchés par le CO². Pourquoi le serait-il maintenant, quand le contenu du CO² atmosphérique est bas? Le principal gaz à effet de serre a toujours été la vapeur d’eau. Quand il y a un réchauffement global, à ce moment-là, le CO² atmosphérique augmente. Le CO² est la nourriture des plantes, ce n’est pas un polluant et ce sont des effets médiatiques trompeurs et non scientifiques, que de parler du CO² comme étant un agent polluant. Si nous avions une pollution au carbone, le ciel serait noirci avec des aérosols de carbone (suie). La ministre Penny Wong du Changement climatique a lancé un appel à la science, tout en démontrant qu’elle n’avait même pas la compréhension scientifique d’un élève du primaire.

L’atmosphère contient 800 milliards de tonnes de carbone (CO²). Les sols et les plantes en contiennent 2000 milliards de tonnes, les océans 39,000 milliards de tonnes et les roches du dessus de quelques kilomètres en contient 65,000,000 milliards de tonnes de carbone en matière carbonique. L’atmosphère ne contient que seulement 0.001 % du carbone des derniers quelques kilomètres de la surface de la Terre.

Si tous les carburants fossiles de la terre étaient brulés en même temps, le CO² atmosphérique doublerait. La terre a déjà fait ce parcours et un haut contenu de CO² atmosphérique a accéléré la croissance des plantes et a accru la biodiversité. C’est le soleil, les vapeurs d’eau, la roche et l’océan qui ont arrêté la fuite des GES ou une Terre qui serait une balle de neige permanente.

Je souhaiterais voir quelques questions fondamentales répondues par les alarmistes climatiques. Si le CO² mène la température, pourquoi existait-il une température si basse, quand justement le CO² atmosphérique était plusieurs fois plus élevé qu’aujourd’hui?
Pourquoi le rôle des nuages a-t-il été ignoré, spécialement s’il y a seulement 1 % de changement dans la couverture nuageuse qui pourrait compter pour tous les changements mesurés durant les derniers 150 ans. Si ces forces naturelles ont gouverné la température durant le temps des Romains et médiéval, comment sachons-nous que ces mêmes forces n’auraient pas gouverné la température de la fin du XXe siècle? Pourquoi la terre n’avait-elle pas des océans acides et la fuite de ses GES quand l’atmosphère possédait un contenu de CO² atmosphérique plusieurs centaines de fois plus grandes qu’aujourd'hui? L’augmentation du CO² atmosphérique actuel, serait-il relié au réchauffement médiéval?

C’est de l’arrogance humaine que de penser que nous pouvons contrôler le climat, un processus qui transfère des montants astronomiques d’énergies. Quand nous contrôlerons les plus petits montants d’énergies issus des volcans et les tremblements de terre, à ce moment nous pourrions penser essayer de contrôler le climat.

Jusqu’à ce moment, les politiques climatiques ne sont qu’un voyage d’air chaud idéologique.

Argumenter que l’addition d’une trace de CO² atmosphérique changerait le climat, serait d’abandonner tout ce que nous savons sur l’histoire, l’archéologie, la géologie, la physique solaire, la chimie et l’astronomie. Nous ignorons l’histoire à notre péril.

J’attends la création d’un tribunat de type stalinien, d’une Commission sur la vérité et le châtiment pour me juger pour mes crimes de lèse-majesté, contre l’ordre établi et la science politisée.

Ian Plimer, professeur à l’université d’Adélaïde, Australie et l’auteur de (Heaven and Earth - Global Warming: The Missing Science (Connor Court).

Traduit de l’anglais par VInety, le 6 mai 2009

P.S. J’ai lu les 335 commentaires qui se sont écrits depuis la parution de ce livre.
25 % des critiques étaient négatives. À la lecture de ces critiques négative, elles étaient faites par des scientifiques, à peu près 25 %, jugé à l’allure des textes qui étaient plutôt longs et élaborés comparée aux autres opinions.

75 % des commentaires étaient très favorables et étaient écrits dans un style plus terre-à-terre que ceux qui étaient contre.

20 contres venants possiblement de scientifiques,
65 contres plus humbles et surtout très croyants dans le RCA
250 Pour et très enchantés de trouver un document scientifique qui est contre le RCA.

Amicalement

Vinety

_________________
La modération a bien meilleur gout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vinety.com
Vinety
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 369
Age : 81
Localisation : Région
Emploi/loisirs : retraité, conception 3d, écriture, forum, lecture
Humeur : Généraliste, anti-conformiste, libre penseur et sceptique.
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Le livre de Ian Plimer, Heaven & Earth, fait un tabac en Australie.   Mer 13 Mai - 22:30

Salut les membres et les visiteurs.

voir ici : Heaven+Earth on Fire et ici


C’est bien ça, le livre de Ian Plimer, Heaven & Earth, qui démystifie la peur du RC, en est maintenant à sa cinquième édition. Ben oui, à sa cinquième édition. Il dépasse les estimées de ventes les plus optimistes qui auraient pu être rêvées pour un tel livre.

J’ai été à une signature de livre chez Abbey, Sydney et j’ai eu le plaisir d’échanger quelques mots avec le grand homme lui-même. La définition du dictionnaire pour l’image "humble et terre-à-terre " pourrait avoir une photo de lui en marge comme exemple.

Il a été invité récemment à rencontrer tous les députés des principaux états et les politiciens fédéraux de l’Australie. Il mentionne qu’il y a un océan de changement d’attitude vis-à-vis la peur du RC dans la sphère politique depuis qu’il a publié ce livre. Il y a aussi peu longtemps qu’un ou deux ans, il lui était impossible d’obtenir une audience de quelques politiciens que ce soit. Maintenant, ils l’appellent tous. En réponse à ma question, si ce ne serait pas une bonne idée d’envoyer une copie de son livre à Malcolm Turnbull? Il me répondit qu’il avait déjà parlé intensivement avec lui et lui a offert une copie de son livre.

Il ajouta, avec un éclair de joie dans les yeux, qu’il avait eu aussi, une longue discussion avec Peter Costello. Les libéraux sont à 80 % du côté des sceptiques. Le parti national à 100 %, comme nous le savons tous. Un grand nombre de politiciens du parti Ouvrier (Labor) (la plupart excepté ceux du caucus) sont aussi de notre bord. Les choses bougent définitivement vers notre direction et s’éloignent des alarmistes.

Ce livre qu’aucun des principaux éditeurs ne voulait toucher est maintenant prévu pour être publié en Grande-Bretagne et aux États-Unis. (Il a été publié par une firme d’un très petit éditeur consistant en un couple, mari et femme. Cela démontre comment la stupidité peut offrir des opportunités.) Le fils de Plimer va bientôt se marier au Canada, et il va combiner sa visite au Canada pour assister au mariage avec une tournée aux États-Unis pour faire la promotion de son livre. Lecteurs américains, soyez vigilants.

Posted by Brett_McS at 6:21 PM
Labels: Australian Politics, Global Warming


Traduit de l'anglais pat vinety, le 13 mai 2009

Amicalement

Vinety

_________________
La modération a bien meilleur gout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vinety.com
 
Les prophètes de malheur d’une bulle d’air chaud. par Ian Plimer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tension au séchage de papiers de restauration . (allongement, Bulle, Bolloré, Kraft)
» Mini "Bulle de Nature" de Gauxanne
» La guerre, gross malheur! 2
» bulle géante
» Bulle (chaton)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
V i n e t y info planète :: Nouvelles scientifiques-
Sauter vers: