V i n e t y info planète


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Avenir de la planète: les jeunes Québécois sont pessimistes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vinety
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 369
Age : 81
Localisation : Région
Emploi/loisirs : retraité, conception 3d, écriture, forum, lecture
Humeur : Généraliste, anti-conformiste, libre penseur et sceptique.
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Avenir de la planète: les jeunes Québécois sont pessimistes   Mar 24 Fév - 21:01

Salut les membres

Il faut sans faute lire l’article ci-dessous pour comprendre ma chronique sur ce phénomène.

Avenir de la planète: les jeunes Québécois sont pessimistes.

Ce phénomène pessimiste est le résultat des campagnes de peurs que les environnementalistes, les écologistes et surtout, les réchauffistes de la fumeuse théorie des GES et de leur prétendue corrélation avec le réchauffement climatique et de ses effets à moyen terme sur le climat à venir, et la détérioration de la planète, suite à la pollution engendrée par la combustion de carburants fossiles.

Depuis vingt ans, les médias et les activistes de tout acabit, les ONGs spécialisés dans l’environnementalisme, les James Hansens, ces dingues scientifiques, et surtout les politiciens qui surfent à qui mieux mieux sur tout ce qui pourrait alimenter leur importance et devenir ceux qui ont la solution pour résoudre les problèmes qu’ils ont eux-mêmes nourris et qui peut profiter à leur notoriété.

Depuis vingt ans la nouvelle génération est abreuvée de discours pessimistes, de références malsaines et erronées sur la liberté d’expression, sur la démocratie, sur le capitalisme, sur le libéralisme commercial, enfin, contre la civilisation occidentale et son ultra libéralisme, tout cela, pour les culpabilisés, les rendre dociles, les empêcher de penser correctement en les nourrissant tous les jours de nouvelles catastrophiques et surtout d’exemples fabriqués de toutes pièces pour avaliser le discours malhonnête des activistes gauchistes de tout acabit.

C’est de ce discours qu’a été nourrie la nouvelle génération québécoise et européenne. On peut comprendre leur désarrois vis-à-vis le futur qu’on imagine pour eux. Nous leur donnons une vision des problèmes à résoudre pour notre civilisation, sans fournir de pensées créatrices et optimistes sur les possibilités technologiques qui existent ou peuvent être découvertes rapidement pour résoudre les problèmes que toute civilisation doit résoudre.

Je suis conscient de ce problème de pessimiste générationnel, car dans le passé pas si lointain, on me reprochait mon éternel optimiste comme étant le fait d’un individu vivant hors de cette planète. Je suis effectivement un éternel optimiste, mais pas un idiot pour autant, car seul un esprit ouvert et positif, peut résoudre les problèmes qui sont devant lui. comment peut-on résoudre les problèmes de notre société, si au départ, tout le monde répète que nous courons vers un précipice et qu’il n’y a aucun espoir de s’en tirer? Le problème réside dans le faux problème à résoudre, les émanations de CO² anthropique.

Car effectivement les CO² ne sont pas un problème, mais bien les diverses sources de pollutions engendrées par toutes civilisations humaines. La plupart peuvent être rapidement résolus et la majorité l’est.

Si 63 % pensent que les changements climatiques sont le principal problème à résoudre, c’est que depuis vingt ans, tout a été dit et fait pour convaincre de ce mythe, par une propagande éhontée, la nouvelle génération. On n’a qu’à se rappeler que l’on utilise plus ce thème, mais bien maintenant le thème passepartout "les changements climatiques",, qui correspond effectivement à la réalité climatique, qu’il évolue vers le froid ou vers le chaud, dépendamment des cycles naturels qui sont très nombreux et dont on ne connait pas en détail toutes leurs influences sur le climat, qu’elles soient saisonnières, locales, régionales, océaniques ou continentales. Thème, dont utilise habilement, notre héros "environnementaliste » national, représentant au Québec de Greenpeace.


Le réchauffement climatique peut vouloir dire plus froid, plus sec, plus humide, c'est ce à quoi nous avons à faire face
Steven Guilbeault, directeur de Greenpeace Quebec, Dec 2005 lors de la clôture de la conférence de l'ONU sur le changement climatique à Montréal

Avec de telles pirouettes de rhétorique, on peut facilement comprendre le pessimiste et le désarroi de la nouvelle génération.

La conclusion de cette recherche nous donne de l’espoir, car cette jeune génération est semblable à toutes les autres, elle compte sur l’espoir et sa jeunesse pour entrer dans le monde de la réalité humaine.

An fin de compte, je pense que cette recherche avait pour but de mousser les théories des écologistes et de réchauffistes.

D’ailleurs pour contrebalancer la recherche québécoise et européenne, il faut lire les préoccupations des Américains, qui eux pense que les changements climatiques sont la dernière de leurs préoccupations.

[img][/img] Priorité 2009.

Amicalement

Vinety

_________________
La modération a bien meilleur gout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vinety.com
Vinety
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 369
Age : 81
Localisation : Région
Emploi/loisirs : retraité, conception 3d, écriture, forum, lecture
Humeur : Généraliste, anti-conformiste, libre penseur et sceptique.
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Avenir de la planète: les jeunes Québécois sont pessimistes   Dim 22 Mar - 16:19

Salut Glenn

Glenn a écrit:
Bon, vous oubliez de mentionner à tous , que se sont vos conclusions Rolling Eyes et il n'y a absolument rien de convaiquant dans vos propos tout mélangés Rolling Eyes

Pour ma part, le giec est une source très fiable , au moins les scientifiques qui sortent des articles potables puisque se sont à la demande du G7 (groupe des 7 pays les plus riches : USA, Japon, Allemagne, France, Grande Bretagne, Canada, Italie), des scientifiques renommées avec des ''diplômes'' certifiés :wink:

Les gens qui nous sortent des articles sur le climat avec ''aucun' diplôme à l' appuie , ça ne vaut pas grand chose à mes yeux Rolling Eyes

De un, pour ma part, le GIEC n’est pas fiable du tout, car il est au service des politiciens, et ils pondent les résultats que les politiciens veulent bien lire pour paraitrent intelligent et au courant des dernières recherches sur ce sujet. De plus, les modèles sont orientés vers les commandes de l’ONU, qui est aussi une organisation hyper politisée..

Ce n’est pas quelques diplômées, même avec les hauts faits scientifiques qui fait du GIEC, une organisation crédible. A ce compte, il y a 100 sinon mille fois plus de scientifiques avec des doctorats et responsables de hautes fonctions qui parlent et font des recherches sur tout ce que GIEC modélise et sont choqués par le peu de cas, que ces quelques "climatologues" du GIEC, font de la réalité et qui aiment mieux imaginer des scénarios catastrophiques et prévus pour dans 30 à 70 ans que vérifier leurs données.

D’ailleurs, il y a environ 40 ans, ces mêmes scientifiques prédisaient une ère glaciaire avec toutes ses conséquences désastreuses, qui sont bien pires qu’un réchauffement.

Citation :
Peu importe que la science soit fausse, il y a des avantages écologiques collatéraux… Le changement climatique offre la plus grande chance d'apporter la justice et l'égalité à la planète
Christine Stewart, Ministre de l'Environment du Canada (Calgary Herald, 2003)

Citation :
on n'annonce pas de désastre, personne n'écoutera
Sir John Houghton, premier président du GIEC

Ils sont complètement irresponsables, car ils savent que dans ce futur qu’ils imaginent ou prétendent modéliser, car ils ne seront plus là pour être accusé de quoi que ce soit ou de prouver qu’ils avaient raisons ou pas. Ils seront morts mon frère.

Les chroniques que j’écris ne sont pas basées sur la pensée dominante, mais bien sur des recherches de scientifiques dans tous les domaines reliés à la climatologie, qui sont disponibles et vérifiables et elles, peuvent être lues et corrigées par les pairs.

Tout ça pour dire que ces modèles qui tentent de prédire le climat de demain (futur), sont aussi bons que les prédictions des astrologues de Madarion. Su tu crois à l’astrologie, je comprends que tu puisses croire aux modèles de GIEC?

Quant à moi, qui a déjà construit des modèles d’ordinateurs pour l’aviation et je sais très bien, que si nous n’avons pas besoin de prouver les résultats, on peut faire dire à un modèle ce que l’on veut. On a qu’à changer quelques variables, ou introduire un facteur de correction pour compenser pour des inconnues qui perturbent les résultats escomptés. Cependant, face aux expériences de labo, où l’on teste les modèles, on ne peut se mentir à soi-même, car si les calculs s’avèrent non concluants, on doit reprendre tout le processus de calcul, sinon, ils ne servent à rien, malgré leur complexité et leur semblant d’intelligence.

C’est de ça que l’on parle, la fiabilité de modèles qui ne jouent qu’avec 70 variables climatiques, quand le climat en comprend des milliers sinon des millions. Et de plus, on ne tient même pas comptes des océans, qui sont le principal moteur du climat.

Actuellement, avec les mêmes modèles, on ne peut que prévoir ce qu’adviendra d’un système météorologique que pour 3 jours, avec une certitude de 80 % pour l’ensemble, et si nous voulons extrapoler disons pour une semaine, les certitudes s’effondrent complètement. Ils croient à la magie de leurs propres fantasmes et de leur propre puissance de devination.

C’est là, que ceux qui ont réellement une expérience climatologique, basée sur la réalité de la complexité des éléments climatiques et selon leurs propres jugements, sont outrés des prétentions de ces nouveaux "gourous " de la prévision météorologique, et disent maintenant avec autorité et tout haut, ce qu’avant ils n’osaient faire, à cause de la solidarité scientifique qui existe dans chaque discipline scientifique, car chacun sait, que la lecture des pairs peut filtrer les erreurs qui peuvent se glisser facilement dans des processus de calculs ou dans l’interprétation des résultats de labo.

Mais ce processus de vérification a été occulté et trafiqué et les scientifiques intègres qui se sont réunis, vérifient bénévolement, les données qui sont produites par le GIEC et dénoncent les erreurs de leurs prétentions, qui ne servent qu’à satisfaire une pensée dominante qu’ils ont eux-mêmes, avec une propagande digne du "prix de Lyssenko, sécrétée dans le public depuis 1988 et Kyoto. [url=http://www.clubdelhorloge.fr/lyssenko.php] voir ici pour CRNS [/quote]

Ils n’ont même pas été capables de prédire le refroidissement actuel qui a commencé vers 2003 et personne ne sait si cela va persister ou s’amplifier ou si la tendance de 0.05 °C par siècle qui est là depuis 1850 va se maintenir ou s’inverser. Et ils prétendent prévoir le climat pour dans 30 à 100 ans. Il y en a qui prétendent prévoir le climat pour les années, 2200. WOW.

Le problème avec les nouveaux climatologues, est qu’ils mettent toute leur confiance sur la puissance de calcul des ordinateurs, quand ceux-ci, n’ont aucune intelligence et ne fonctionnent qu’avec des données sures et vérifiables. Les Chinois disent "trash in, trash out". Ce qui est peu dire.

On n’a qu’a se référer à la "crosse de hockey" de Mann, pour comprendre tout ce paradigme de croyances, basé sur une fraude scientifique. Ce monsieur s’est fait prendre les culottes baissées par ses pairs, et continues quand même de prétende, qu’il n’a pas joué avec les variables ou les "proxies" de référence, quand il mentionne ici le contraire.

Citation :
Leur communiquer l'algorithme [de calcul de la crosse de hockey] serait céder à leurs tactiques d'intimidation
Michael Mann


Tous les pays que tu mentionnes du "G7" sont maintenant piégés dans un tourbillon de croyances et de propagandes qu’ils ont sciemment colporté et qui a couté des milliards et sont maintenant piégés par la rumeur publique, qu’ils ont eux-mêmes crées pour satisfaire leur nouveau paradigme qu’ils ont imaginé de toutes pièces.

Maintenant, que l’économie occidentale est aux abois, peut être que ce problème économique qui nous frappe tous les 100 ans, va mettre du plomb dans la tête des décideurs, qui n’auront plus l’appuie de la "bourse du carbone" qui s’effondre faute de spéculateurs pour l’alimenter.

Parce que la réalité est ce que chacun de nous pouvons observer et comparer avec les statistiques. Et à chaque fois que nous nous donnons la peine de vérifier, on s’aperçoit que la plupart des articles que nous lisons sont orientés vers la pensée dominante du moment et que si nous piochons moindrement le sujet, on constate que l’on nous roule joyeusement dans la farine.

P.S. Ce ne sont pas mes conclusions, mais celles de centaines de milliers de scientifiques reconnus et diplômées dans tous les domaines. Je ne suis qu’à leur insu, un porte parole libre de toutes attaches commerciales ou lié économiquement à un laboratoire ou ONG se spécialisant dans le développement de technologies pour réduire les émissions de CO², ou surfant sur la vague du "réchauffement climatique".

Amicalement

Vinety

_________________
La modération a bien meilleur gout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vinety.com
 
Avenir de la planète: les jeunes Québécois sont pessimistes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'avenir des "méchants" dans Bleach ...
» Pourquoi les congolaises n'aiment pas les etudes?
» Planète Terre, système solaire et mappemonde
» Dixième planète (la fin)
» Ateliers pour vos jeunes cet été

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
V i n e t y info planète :: Civilisations, religions et histoires.-
Sauter vers: