V i n e t y info planète


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'Aistralie face aux extrèmes climatiques, les OGMs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vinety
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 369
Age : 81
Localisation : Région
Emploi/loisirs : retraité, conception 3d, écriture, forum, lecture
Humeur : Généraliste, anti-conformiste, libre penseur et sceptique.
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: L'Aistralie face aux extrèmes climatiques, les OGMs.   Ven 6 Fév - 21:15

Salut Billyj

Vinety :
Citation :
Le réchauffement climatique n'y est pour rien et de plus n'existe pas.
Le continent Australien est un continent sec et naturellement chaud. Si l'on se donne le moindrement la peine de consulter les graphiques de température de l'Australie, on s'aperçoit, que ce phénomène de température extrême cyclique de ce continent est plein de périodes où ces températures existaient, et celà, même, quand les conditions de CO² étaient plus basses ou au dessous des conditions actuelles.

Billyj :
Citation :
Pourtant, il n,y a plus aucun doute, l’Australie est désormais victime du réchauffement climatique :wink:

L’Australie, qui prend enfin conscience des prévisions scientifiques, sera peut-être le rat de laboratoire du changement climatique.

Pour l'Omm, ils doivent en effet se rappeler que des phénomènes de ce genre se produisent souvent indépendamment d’El Niño ou de La Niña, sous l’effet d’autres systèmes d’envergure régionale. D’où les sècheresses en Australie et en Argentine.

Comme on peut le lire, l’Australie est un continent qui a toujours subi des grandes périodes de sècheresse, et cela, depuis que les hommes existent sur terre. La canicule présente est une des pires subits par ce continent.


Mais tout au long de son histoire, et cela depuis que la colonie royale britannique de Nouvelle-Galles du Sud commence par la fondation d’un camp (qui plus tard deviendra Sydney) dans Port Jackson par le capitaine Arthur Phillip le 26 janvier 1788.
L'Australie est le plus plat des continents avec une altitude moyenne de 300 mètres.
La plus grande partie du territoire australien est couverte de zones désertiques ou semi-arides : les programmes d'irrigation ont du mal à vaincre la sécheresse

Face à ce constat évident, l’Australie est un pays sec et chaud, et pour palier à cette évidence, les décideurs de ce pays ont décidés de prendre le taureau par les cornes et enfin, prendre les moyens nécessaires pour contrer la réalité climatique de ce pays pour revamper son agriculture.

Aucune bonne nouvelle non plus d'Australie. L’Australie est à nouveau fortement touché par le manque de pluies. De nombreux incendies sont à déplorer. Cette année de sécheresse s’ajoute aux précédentes et confirme que l’Australie n’a pas d'autre choix que de changer son modèle agricole.

Face à la sécheresse, l'Australie envisage les OGM. NOUVELOBS.COM | 24.06.2008 | 20:17
Pour le ministre australien de l'agriculture Tony Burke, les fermiers doivent évoluer face au changement climatique et envisager de recourir plus massivement aux OGM.



Enfin, la technologie des OGM va surement servir d’alliés, pour que l’Australie puisse survivre comme société à la sècheresse qui est omniprésente dans ce pays. Mais cela ne va pas surement plaire aux activistes anti-OGMistes enragés.

L'intérieur a un climat désertique. Les pluies au cours de l'année sont rares, pas plus de 1 à 4 jours par mois. L'été, de novembre à mars, est chaud (de 25 à 28 °C à Alice Springs) avec une chaleur difficile à supporter, car le degré hygrométrique varie de 28 à 35 pour 100 seulement. Cependant, plusieurs parties de ce pays ont un climat tempéré et plaisant. Mais, périodiquement subissent des périodes de canicules qui parfois durent trop longtemps.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Australi

L'étude montre que les principales sècheresses qui ont eu lieu en Australie au cours des 120 dernières années, y compris la sècheresse de la Fédération (1895-1902), la sècheresse de la Seconde Guerre Mondiale (1937-1945), et la sècheresse actuelle (1995 à aujourd’hui), coïncident avec les variations de température dans l’Océan Indien, cycles connus sous le nom de Dipole Océan Indien (IOD).


Pour ceux qui aiment se dilater la rate, il faut lire le texte suivant, où Le GIEC en remet, mais cette fois-ci, pas de RGA, trop ridicule, mais CC pour Changements Climatiques. .A lire pour qui la religion du RGA est importante. voir ici

Amicalement

Vinety

_________________
La modération a bien meilleur gout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vinety.com
Vinety
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 369
Age : 81
Localisation : Région
Emploi/loisirs : retraité, conception 3d, écriture, forum, lecture
Humeur : Généraliste, anti-conformiste, libre penseur et sceptique.
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Du maÏs résistant à la sécheresse.   Dim 15 Fév - 22:02


Du maïs résistant à la sécheresse

Salut René

René :
Citation :
Ma remarque sur les frisettes au ridicule de tes propos portait sur la partie "s'adonner aux drogues etc." qui est extrêmement simpliste (d'ailleurs en matière de rail de coke, les golden boys de Wall Street sont pas mal non plus, paraît-il [Smile)] ).

Je suis d’accord avec toi qu’il est très simpliste de parler de "drogues" comme cela, en accusant les "amateurs". Le problème est lui-même très ancien et relié à des rythmes d’initiation qui ont eu cours dans le passé et qui existent encore aujourd’hui. Malheureusement, comme l’alcoolisme, qui peut aussi devenir aussi une plaie sociale et personnelle, ces dépendances sont très difficiles à se débarrasser. Surtout, que tout ce "phénomène" est relié aux "tentations" et expériences humaines et est surtout bien entretenus par un réseau commercial très payant et par le sentiment de puissance que procurent toutes ces potions magiques, mais qui font tant de dommages, tant socialement et qu’individuellement.


René :
Citation :
Mais il ne faut pas confondre altermondialisme et nostalgie.

Oui, je maintiens ce terme "nostalgie". Pourquoi? Par ce que tout ce mouvement très hétérogène et composé d'une multitude d'associations, de mouvements d'horizons divers, d'organisations ONGs,
l'altermondialisme se manifeste par des positions qui vont du réformisme à la rupture. Pour créer des synergies entre les différents mouvements qui le composent, il tente de développer des réseaux internationaux (Forum social mondial). et que chacun d’eux ont une base politique basée sur le "communisme" du début du siècle et surtout contre le "capitaliste" et l’ultralibéralisme qui n’est pas qu’Américain.

Comme on peut lire sur différents sites qui se consacrent à cette "vision", à peu près tous les thèmes sont basés sur le partage des richesses, contre le capitaliste, le libéralisme commercial, pour qui je ne suis pas contre, mais qui est une "utopie" humaine, qui ne pourrait exister, sans un pouvoir mondial.

Je reconnais dans ce phénomène, l’obscurantisme du moyen âge, où le même état d’esprit avait cours, et la solution pour circonscrire le mal, était la solution monothéiste de l’Église Catholique Romaine par la "sainte inquisition" et surtout le recours aux "indulgences" pour sauver son âme de l’enfer. Même vision de la méchanceté des hommes.

Aujourd’hui, avec le même discours "messianique", les altermondialistes se servent des
mêmes arguments pour sauver les hommes contre eux-mêmes, et surtout n’oublient pas de monnayer cette campagne avec les taxes sur carbone, qui enrichira les courtiers et le promoteur Les conciles du Xe et du XIe siècle s'efforcent donc de limiter la part d'appréciation du prêtre en fixant des barèmes généraux. L'indulgence devient à cette période une arme pontificale : l'indulgence plénière apparait au milieu du XIe siècle; elle est alors employée pour encourager la croisade en Espagne, c'est-à-dire la Reconquista. tout comme les indulgences du moyen âge, qui emplissait les coffres du Vatican.

Heureusement que l’altermondialiste demeure un mouvement disparate et très décentralisé. Autrement, ce serait un retour à des guerres idéologiques, qui a fait tant de dommage dans le passé.

René :
Citation :
Je suis d'accord avec toi, effectivement, allons de l'avant. Mais pour cela, il faut dépasser l'ultralibéralisme (la théorie du marché qui n'a pas besoin de règles car il s'équilibre de lui-même) car c'est une doctrine qui date maintenant (du temps de Reagan et Thatcher) et qui vient de prouver brillament son inefficacité (les marchés ont besoin de règles).

Le marché peut effectivement s’équilibrer de lui-même si les règles de l’OMC sont respectées (qui sont bien existantes) et si les états ne s’impliquent pas dans un protectionniste déstabilisant ou subventionnant à outrance les entreprises. Un état peut effectivement garder un équilibre commercial en laissant les banques libres de prêter aux entreprises, tout en s’assurant que ces entreprises ne soient pas artificiellement tenues en vie, par des subventions étatiques venant des impôts (notre blé), et que la concurrence du marché joue son rôle, en permettant aux consommateurs de décider du prix à payer pour un service ou un bien quelconque.

Seule la concurrence des marchés force les entreprises d’êtres les plus efficaces possible par une gestion éclairée et étant à l'affut des technologies les plus modernes possible, qui permettent aux consommateurs d’acheter des biens selon le prix qu’ils sont prêts à payer. Il n’y a pas de système économique parfait, mais la libre circulation des biens et la libre entreprise sont un pas dans cette direction.

La liberté de commerce et une saine concurrence sont les seuls outils pour assainir les pratiques commerciales. Les monopoles devraient être combattus vigoureusement par les gouvernements, en mettant en pratiques les lois votées à cet effet.

René :
Citation :
Refuser l'ultralibéralisme (encore une fois je n'ai pas de meilleur mot, même s'il est mauvais) n'est pas faire preuve de nostalgie, ni prôner le collectivisme. Il y a une voie pour un "libéralisme social", où le mot libéralisme est employé dans son sens premier.
Autrement dit, je préfère la devise de la France "liberté, égalité, fraternité", à la seule incantation du mot liberté...

L’ultralibéralisme n’est pas la libre entreprise et la libre concurrence, elle est une pâle copie de pratiques commerciales intolérables, qui sont apportées par le manque de rigueur de Wall Street et de ses consoeurs, et surtout par les pressions politiques qu’utilisent les États pour soi-disant protéger leurs marchés en convainquant leurs ressortissants d’une concurrence déloyale des autres pays. Ces États subissent les pressions des "altermondialistes" pour les convaincre de leur philosophie en se servant de la population "habituellement mal informée" pour fausser ce jeu de la démocratie.

Remarque que je suis aussi très conscient que ce "markéting " est utilisé par les deux instances. Cette problématique n’est possible que dans un contexte de liberté d’expression et fait aussi parti des faiblesses du système économique d’une démocratie.

Amicalement
Pour maldetête, la lecture du texte d’Henri Brock, sur les croyances et ses propagateurs, pourrait éclairer ta perception de cette question : voir ici

Amicalement

Vinety

_________________
La modération a bien meilleur gout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vinety.com
 
L'Aistralie face aux extrèmes climatiques, les OGMs.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment protéger son matériel lors de conditions climatiques "extrèmes" ?
» Que pensez vous du CB 100? Face au MSR?
» Les femmes Africaines face au mariage mixte
» THE DARK KNIGHT - HARVEY DENT/DOUBLE FACE (MMS81)
» Traitement particulier d'un tableau double face . (colle de pâte, réversibilité, pontage)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
V i n e t y info planète :: Ingénierie génétique – OGM.-
Sauter vers: