V i n e t y info planète


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le GIEC et les sceptiques français du climat, où sont-ils?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vinety
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 369
Age : 81
Localisation : Région
Emploi/loisirs : retraité, conception 3d, écriture, forum, lecture
Humeur : Généraliste, anti-conformiste, libre penseur et sceptique.
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Le GIEC et les sceptiques français du climat, où sont-ils?   Lun 4 Mai - 21:49

Salut les membres et les visiteurs

THE IPCC AND A FRENCH CLIMATE SKEPTIC.

By Hans H.J. Labohm : sept. 11, 2006

Salut les membres.

Ci-joint, la traduction intégrale de cet article sur l’implication de la francophonie dans le dossier du RCA, spécifiquement de l’intelligentsia française. Pourquoi, la France est-elle si frileuse vis-à-vis ce dossier?


Traduit de l’anglais par (Vinety), le 4 décembre 2008.

Par Hans H.J. Labohm : le 11 Sep 2006

Les voix sceptiques internationales sur le réchauffement global sont en prédominance anglo-saxonne, avec quelques vagues apports nordiques, tels que les Russes, les Italiens et les Hollandais.

Mais les Français sont ostensiblement absents. Pourquoi? Les intellectuels français sont réputés pour leur indépendance et leurs vues dissidentes sur à peu près tous les sujets. Conséquemment, les Français ont traditionnellement des débats politiques très virils et animés, oui, et je dirais même, des polémiques passionnées sur à peu près n’importe quoi. Cependant, à ce jour, un thème est pratiquement absent du débat : le réchauffement global. L’est-il vraiment ?

Pas exactement, mais du à la barrière linguistique, les sceptiques français du climat n’ont presque pas été lus ou remarqués à l’extérieur de la francophonie, quand en même temps, cela a été presque complètement ignorée et occultée par les politiciens et la communauté climatique Française.

Un des sceptiques climatiques le plus imminents, Marcel Leroux a récemment publié une brique (plus de 500 pages) sur le sujet "le réchauffement climatique, mythe ou réalité ? La méthode erronée de la climatologie." L’auteur n’est pas un étranger de la climatologie. Il est un professeur de climatologie à l’université J. Moulin et chef de service du Laboratoire de climatologie, risques et environnement, les deux de Lyon.

Il critique déjà le GIEC depuis plus de vingt ans. Il pense que la température est assujettie à la dynamique des systèmes climatiques dans le contexte des multiples espaces aériens distincts, du monde, et non pas par les équations hypothétiques des modèles climatiques. M. Leroux a commencé à écrire son livre pour commenter sur le triste sort dans lequel la climatologie s’est enlisée depuis 20 ans, soit depuis son entrée dans l’arène politique et pour montrer que la climatologie est aussi à blâmer pour cette dérive.

Il écrit,"Il n’y a pas une semaine sans qu’une nouvelle exclusive, emplisse nos écrans autant que nos journaux sur le réchauffement climatique qui est comme de raison notre faute, tout comme tout le reste d’ailleurs, et les messages et les slogans de désinformation devient de plus en plus en plus simpliste, grossier et rudimentaire!

Ce ne peut pas être plus simpliste: si la pluie tombe ou une sècheresse nous frappe ; si le vent décorne les bœufs ou est inexistant; que ce soit la chaleur ou le froid à faire éclater les pierres; ce sont des évènements causés par les "GES", dont nous sommes responsables. Un argument facile, mais complètement stupide. Le quatrième rapport du GIEC pourrait tout autant décréter un autodafé de tous les livres de climatologie, et les remplacer dans nos écoles par des communiqués de presse du GIEC. Jour après jour, le même "mantra" la terre se réchauffe, ça se débite sous toutes les formes.

Si la glace fond et le niveau de la mer monte, les cavaliers de l’Apocalypse apparaissent de plus en plus proches. Sans le réaliser ou peut-être sans le souhaiter, le citoyen moyen est embobiné et lobotomisé dans un état d’inconscience près de l’idiotie. Les sceptiques des scénarios des GES sont dans la même position qu’étaient les hérétiques qui ne croyaient pas en Dieu…heureusement que la Sainte Inquisition n’existe plus!

Dans son livre, il analyse scrupuleusement le développement da la science du climat, se concentrant sur les rapports successifs du GIEC, qui ont été publiés en 1990,1995 et 2001.
Selon Leroux, le premier rapport contenait l’idée maitresse de ce qu’est le "réchauffement global", mais le ton est modéré et ne mentionne pas l’implication de la responsabilité humaine
Le deuxième rapport ne contribue en rien de nouveau de la part des scientifiques. Mais soudainement et étonnamment, la race humaine est tenue responsable du réchauffement climatique.

Comment ce retournement est-il arrivé? De nouvelles connaissances scientifiques ? Non, c’était le résultat d’un tour de passepasse scientifique. Le scandale a été mis à jour avec l’implication de quelques personnes, incluant Frederick Seitz, le président émérite de l’université Rockefeller et président de l’institut Georges C. Marshall (Washington)

Dans sa lettre au "Wall Street Journal", daté du 12 juin 1996, il écrit : "Mais ce rapport du GIEC n’est pas ce qu’il semble être, ce n’est pas la version approuvée pas les scientifiques qui y ont contribués, tels que ceux listés sur la page frontispice. Comme membre depuis plus de 60 ans de la communauté scientifique américaine, incluant la présidence de deux institutions, l’Académie nationale de la science et la Société américaine de la physique, je n’ai jamais été témoin d’une corruption aussi dérangeante d’un processus de révision des pairs, que cet évènement qui a conduit au rapport du GIEC.
Une comparaison entre ce qui a été approuvé par les scientifiques impliqués et la version publiée révèle que les changements majeurs l’ont été après que les scientifiques qui s’étaient rencontrés et aient acceptés ce qu’ils pensaient être la version définitive de la révision des pairs.

Peu de ces changements étaient cosmétiques, la plupart étaient pour enlever les doutes sceptiques que certains scientifiques exprimaient en regard des activités humaines qui pouvaient avoir un impact majeur sur le climat en général et particulièrement sur le réchauffement global.

Les passages suivants sont des exemples de ceux inclus dans la version approuvée du rapport, mais rejetés du rapport final qui a été publié, qui avait supposément été révisé par les pairs.
-Aucune de ces études citées plus haut n’a démontré d’évidences claires, que nous pourrions imputer au climat observé, des changements qui seraient causés par l’augmentation spécifique des GES, - Aucune étude à ce jour n’a été positivement, partiellement ou en partie, totalement attribuée aux changements climatiques observés, par des causes anthropogéniques (faites par les hommes).- Les revendications de détections positives de changements significatifs du climat vont vraisemblablement resté dans le domaine de la controverse, jusqu’au jour où les doutes éventuels sur les variabilités naturelles du système climatique seront réduits à néant.
A la place, le texte suivant à été inséré : "La balance des évidences suggère une influence discernable des humains sur le climat global. " Malgré la façon dont cette vue a été imposée, et toutes les controverses subséquentes, l’idée n’a jamais été retirée.

Le troisième rapport apporta un deuxième coup de main scientifique. Il a augmenté la valeur de la prédiction de la hausse de la température, en y incorporant l’argument du graphique du "bâton de hockey, qui a été récemment reconnu comme un canular, en mentionnant que les températures actuelles n’ont jamais été aussi hautes, depuis un millier d’années.

En plus du spectre des conséquences des GES qui ont été considérablement élargies, à la limite, elles incluent maintenant tous les phénomènes climatiques. M. Leroux attira l’attention sur Kyoto (INFCC) où il est mentionné dans l’article 6 sur l’éducation et la formation, obligeant les participants au niveau national, à sensibiliser le public, sur les changements climatiques et ses effets. Les signataires de la convention sont liés à adopter le concept du "réchauffement global" au plus haut niveau des institutions, à l’imposer comme un dogme incontournable (comme une religion d’état, indifférent aux débats.).

M. Leroux ajouta, qu’en France, les serviteurs de l’état et en leurs noms, les médias audiovisuels et les instituts, se sentent obligés de propager le dogme officiel, tout comme une certaine agence de presse de l’Est à l’apogée de sa gloire, qui se faisait l’écho du triomphe du Lysenkoisme, a façonné l’opinion publique en faveur de la thèse officielle. Dans son traitement des contributions relatives de différents GES, incluant le plus important, les vapeurs d’eau, qui représentent 95 % du total des GES, il calcula que les activités humaines comptent pour seulement 0.28 %, ce qui est moins qu’excitant. Conséquemment, il argumenta que nous devrions secouer nos obsessions non fondées sur les GES anthropogéniques, et reconsidérer le problème des changements climatiques différemment, en rétablissant la vraie hiérarchie des phénomènes et donner aux effets hydriques, l’importance climatique qu’il mérite.

L’un dans l’autre, M. Leroux pense que la climatologie s’est distancée graduellement du traitement des faits réels, la dynamique de la température et du climat, spécifiquement sous l’influence grandissante de la modélisation. Depuis plus de cinquante ans, elle a été une impasse conceptuelle " Il écrit, nous ne pouvons réellement connaitre ce que sera la température dans plus de deux à trois jours," mais maintenant tout cela a été effacé en un clin d'œil! Maintenant, il est dit sans hésitation, que nous pouvons prédire la température et le climat (qui est la somme des températures) aussi loin que les années 2100… Astrologie ou science?

Hans Labohm, coauteur du " Man-Made Global Warming Unravelling a Dogma" (Démêlage du dogme du réchauffement climatique anthropologique).
Récemment, il est devenu un expert réviseur pour le GIEC.

Que pensez-vous de ce phénomène et que répondez-vous ?


Amicalement

Vinety

_________________
La modération a bien meilleur gout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vinety.com
Vinety
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 369
Age : 81
Localisation : Région
Emploi/loisirs : retraité, conception 3d, écriture, forum, lecture
Humeur : Généraliste, anti-conformiste, libre penseur et sceptique.
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Le GIEC et les sceptiques français du climat, où sont-ils?   Mer 13 Mai - 16:57

Salut les membres et les visiteurs

Je me suis permis de publier un courriel que j'ai envoyé à mon ami Jean Martin, le créateur du site "pensée unique" . D’ailleurs, il a été avisé de mon intention, et il n’y voit pas de problème de son coté.

Ce site est la source indiscutable pour ceux qui comme moi, cherchent des réponses à cette controverse et ces débats qui font "la une" de tous les journaux et les revues scientifiques du monde occidental sur le fameux RCA d'Al Gore et du GIEC, et qui de plus empoisonne la politique occidentale, qui ne sait plus sur quelle tête de clou elle doit frapper : la pollution réelle et omniprésente ou les émissions de CO², tellement indispensable à la vie de la biosphère, et dont les programmes de Kyoto de l'ONU pour en mitiger les émissions ont déjà couté plus de 500 milliards d'Euros en palabres de toutes sortes tenus lors des rencontres à Bali et autres destinations touristiques à la mode, mais qui n'a pas réduit d'in iota le % de ces émissions.

Si tous ces euros avaient été dépensés sur les vrais problèmes de pollution, je puis vous affirmer sans broncher, que l'occident qui est déjà un modèle de propreté environnementale, serait une notoriété en ce domaine et aussi, avec tous ces milliards, elle aurait de plus aidé les pays en développement et pauvres à résoudre à peu près tous les problèmes de pollution et de pauvreté qui les affligent.

Mais c'est sans compter sur les ONG internationales qui ont besoin de ce mélimélo et cette arnaque pour remplir leurs coffres des dons du "vulgum pecus"et ainsi leur permettre de contourner les partis politiques et d'imposer leur propre programme sans passer par le vote démocratique des citoyens, qui eux devraient décider de leurs dirigeants politiques et les évincer au besoin, s'ils ne respectent pas leurs promesses qui leurs ont permis de se faire élire.

C'est voler aux citoyens leurs droits démocratiques d'élire des députés qui les représentent.

Ce n'est plus les politiciens que nous avons élus qui dirigent l'occident, mais bien ces organisations "écofacismes" supra nationales avec leurs argents, leurs armées de bénévoles convaincus et la pression continue sur les décideurs, qui dirigent la destinée de notre civilisation avec des hypothèses pseudo scientifiques qui tiennent lieu de dogmes religieux et qui n'ont rien de scientifique, mais qui servent à gouverner le destin futur de l'occident.

Amicalement

Vinety

Salut Jean

Je te remercie pour le lien ci-dessous :

http://www.pensee-unique.fr/oceans.html#pielkehansen

Il est bien celui que je cherchais. Que j'aimerais avoir ton talent pour traduire si bien les articles anglais et les rendre en français de façon à ce qu'ils soient faciles à lire et à comprendre pour les non-scientifiques comme moi (vulgum pecus), un autodidacte qui n'a pas passé par le cursus universitaire, mais qui croit dur comme fer à la science et ses possibilités.

Quand je lis les publications scientifiques qui sont complètement biaisées, j'en suis malade de dégout, tant elle me rappelle l'époque glorieuse où j'étais chef d'un département d'ingénierie industriel, où je me battais constamment contre certains de mes collègues scientifiques, qui pour me déstabiliser ou me nuire, me contaient régulièrement des histoires scientifiques à dormir debout, que je devais (débunker) démystifier, pour finalement trouver le fil de la vraie science et de la technologie dont je me servais pour mettre au point plusieurs de mes projets technologiques pour réduire les couts de fabrication de la compagnie internationale pour laquelle je travaillais et lui permettre de survivre dans un milieu très compétitif, et aussi, de façon à gagner honnêtement ma croute.

J'ai développé une allergie chronique contre les scientifiques qui utilisent leurs connaissances et le prestige de leurs institutions pour tromper le peuple et surtout pour le dominer en essayant de berner les politiciens qui parfois sont scientifiquement illettrés, mais dont la rationalité de leur jugement et leur expérience de vie, leur permettent parfois de voir la réalité de la nature et des hommes.

Cependant, la plupart tombent dans le piège de la pensée dominante pour se faire une réputation et laisser la responsabilité de leurs décisions dans les mains de ces charlatans de la science, qui pour plusieurs devient l'autorité qui avalise leurs décisions intéressées.

Je cherche le fil qui permettrait à la science honnête de faire surface et d'instruire le peuple de la réalité de la nature (science) et de ses innombrables succès qui a permis à notre civilisation d'être peut-être la plus évoluée et surtout la plus riche de l'histoire humaine.

Malgré toutes les technologies de communication, qui sont époustouflante, je me demande pourquoi les revues "scientifiques" dont je me gavais plus jeunes, sont devenues des entités au service de la politique et des puissants, et aujourd'hui, lorsque je les lis, je me rends compte que la science, surtout "climatologique" est devenue la propriété des pouvoirs et non de ce qu'ils devraient être, une référence scientifique non biaisée, neutre et honnête scientifiquement. Il est temps que la science retrouve ses lettres de noblesses qui présentement lui font tant défauts

Merci pour ton site (pensée unique) qui est peut-être exemplaire pour la Francophonie. Je me demande régulièrement pourquoi la France, qui a été la pionnière du siècle de la lumière scientifique et humaine, s'est-elle enlisée si profondément dans ce miasme pseudo scientifique, qu'est devenue la science climatologique et dont la physique qui pourrait tout de même la démystifier, semble elle aussi se ranger du bord de ce courant indigne de la science honorable, bâtie sur les observations empiriques et non sur de fausses hypothèses qui ne peuvent être falsifiées.

La France possède probablement une élite scientifique qui pourrait surement changer ce courant débilitant, mais à cause des intérêts multiples reliés à ce courant, il semble plus payant et plus honorable de suivre le courant de la pensée inique, que de nager à contre-courant de cette pensée et d'en démystifier ses prépositions.

P.S. Merci de ta patience à mon égard, de lire mes longs exposés et de répondre à mes courriels, dont j'ai tant besoin pour garder le moral vis-à-vis ce phénomène du RCA, promut par le GIEC, par presque toute l'Europe et surtout la France.

Amitiés et bon rétablissement

Yves

_________________
La modération a bien meilleur gout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vinety.com
 
Le GIEC et les sceptiques français du climat, où sont-ils?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les meilleurs livres français
» Trilogie Eisenhorn par Dan Abnett
» Doublage des films : québécois vs français
» les voix française des personnages
» Pénétration de la pipe française sur le marché US et sur le Net

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
V i n e t y info planète :: Alarmiste RGA et environnementaliste commentée-
Sauter vers: